Blog / Publication - Smart City Maturity Model

Smart City Maturity Model

28 critères pour évaluer la maturité de votre démarche Smart City



Alors que de plus en plus de territoires entreprennent des démarches de transition durable et intelligente, et ce, quelle que soit leur taille ou leur nature, comment évaluer, aujourd’hui, le niveau de maturité de cette transition ? Malgré la progression du niveau d’avancement des dynamiques Smart City mise en exergue par le dernier Baromètre wallon des Smart Cities en Wallonie, il peut être difficile pour un territoire de s’évaluer correctement à ce sujet s’il ne dispose pas de critères concrets sur lesquels se baser. C’est pourquoi le Smart City Institute (SCI) a développé le Smart City Maturity Model (SCMM), un modèle permettant d’évaluer le niveau de maturité Smart City de son territoire.

Article rédigé par Maxilien Servais - Chargé de recherche au Smart City Institute

 

En 2020, le SCI publiait son premier modèle, le Smart Project Management Model (SPMM) - en français, "modèle de gestion de projet durable et intelligent". Ce dernier, permet de structurer et gérer efficacement son projet, tout en y intégrant l’aspect "Smart" des initiatives durables et intelligentes. Le SPMM peut dès lors être utilisé, de manière itérative, tout au long du cycle de vie d'un projet, à savoir : l’identification des prérequis, la planification, la mise en œuvre et l'évaluation.

Le Smart City Maturity Model (SCMM) - soit "modèle de maturité Smart City"- pour sa part, adopte un angle plus global. Il a pour ambition de fournir un cadre de référence permettant d’évaluer la maturité de la démarche de transition durable et intelligente d’un territoire. À la différence du SPMM qui s’intéresse à la gestion d’un projet Smart de A à Z, le SCMM, se concentre donc, pour sa part, sur l’évaluation de la maturité de la démarche dans sa globalité. Par ailleurs, il est fondé sur des processus managériaux et non sur des aspects techniques.

Dès lors, ce modèle peut être utilisé par tout territoire qui désirerait évaluer son niveau de maturité Smart City. Afin de vous aider à cerner le potentiel de cet outil, le Smart City Institute revient sur quelques questions clés : Qu’est-ce qu’un modèle de maturité Smart City ? Pourquoi évaluer son niveau de maturité Smart City ? A qui s’adresse ce modèle ? Comment est-il construit ? Comment utiliser ce modèle ?

 

Découvrir le Smart City Maturity Model

Un modèle de maturité Smart City : De quoi s'agit-il ?

Un modèle de maturité permet d’observer une série de niveaux de maturité lors de l’implémentation d’un processus. Dans le contexte de Smart City, le modèle de maturité a donc pour objectif de permettre à un territoire d’évaluer son degré d’avancement quant à sa transition durable et intelligente.

Pourquoi évaluer son niveau de maturité Smart City ?

Au-delà d’indications sur l’état d’avancement des divers processus étudiés, le modèle sert à définir des priorités sur base des éléments qui ressortent de l’évaluation. Le modèle donne, par ailleurs, une bonne vue d’ensemble des forces et faiblesses du territoire.

Ainsi, le ce dernier pourra définir des objectifs stratégiques sur différents horizons temporels et déterminer un niveau de maturité ambitionné dans un laps de temps donné sur base des priorités établies.

Finalement, le modèle peut être combiné avec l’utilisation d’autres ouvrages pour aider les territoires dans leurs réflexions de transition durable et intelligente (guides pratiques, par exemple).

À qui s'adresse le Smart City Maturity Model ?

Le SCMM accompagnera toute personne désireuse d’entreprendre ou de faire évoluer une dynamique Smart City sur son territoire. Le terme Smart City est employé tout au long de la note explicative et des tableaux récapitulatifs, il convient donc de préciser que ce terme est utilisé de manière générique pour désigner toute démarche de transition durable et intelligente sur un territoire donné, ce qui inclut, dès lors, des dynamiques de transition Smart Territory, Smart Region, etc.

De plus, bien que ce modèle soit particulièrement pertinent pour alimenter les réflexions au niveau des villes et communes, il a été construit afin de pouvoir être adapté, également, aux considérations d’autres échelles territoriales (province, région, état, etc.).

Comment le SCMM est-il construit ? 

Le modèle de maturité que nous proposons repose sur sept domaines fondamentaux de la Smart City. Chacun de ces domaines est subdivisé en quatre composantes qui sont évaluées par le biais d’une échelle de maturité comprenant cinq niveaux – le niveau 1 étant le plus faible et le niveau 5, le plus élevé. Le tableau ci-dessous résume le modèle :

Smart City Maturity Model - Tableau récapitulatif

Gouvernance et politique

Le soutien politique observe à quel point les élus soutiennent la démarche Smart City. Au niveau de la transparence, il s’agit d’évaluer avec quelle précision le public peut observer les actions entreprises par les décideurs politiques. La dynamique d’acteurs s’intéresse, pour sa part, aux partenariats et collaborations entre les différentes parties prenantes du territoire (par exemple, les partenariats public-privé). L’adhésion citoyenne, finalement, identifie les processus mis en place pour assurer l’adhésion du citoyen à la dynamique de transition durable et intelligente du territoire.

Organisation et ressources humaines

Dans un premier temps, la composante leader permet de déterminer si une personne est en charge de la dynamique Smart City sur le territoire et les compétences démontrées par ce dernier. La composante équipe aide à identifier la pluridisciplinarité de celle-ci afin de s’assurer qu’elle présente toutes les compétences nécessaires au soutien de la vision du leader tout en permettant de soutenir la planification, la mise en œuvre et le suivi de la démarche Smart City. La composante culture d’apprentissage, quant à elle, observe l’expertise des personnes impliquées et les moyens mis en place pour que l’équipe augmente en compétences et en savoirs. Enfin, la transversalité évalue si le territoire fonctionne en silos , ou non, et le type de structure organisationnelle mise en place.

Planification et mise en œuvre

Le contexte évalue à quel point les personnes impliquées dans la démarche ont une (bonne) connaissance du territoire. Ensuite, la composante stratégie observe si une stratégie a été mise en place et à quel point celle-ci est complète et réalisée de manière cohérente vis-à-vis de l’ensemble des parties prenantes présentes sur le territoire. La troisième composante, dédiée à la mise en œuvre, évalue si la stratégie définie a été opérationnalisée et la dernière, centrée sur la communication, identifie si les informations liées à la démarche Smart City ont été communiquées à l’ensemble des parties prenantes.

Monitoring et évaluation 

Dans ce domaine, on s’intéressera aux indicateurs afin de savoir si des mesures ont été sélectionnées pour assurer le suivi de la démarche Smart City. La collecte des données identifie la manière dont les données ont étés collectées, et ainsi, si les indicateurs sélectionnés ont été correctement quantifiés. La composante analyse et synthèse des données évalue si le territoire est capable de comprendre les causes d’un constat, de prescrire des décisions sur base des données étudiées et si un outil de visualisation est utilisé. Enfin, avec la composante comités, il s’agira de questionner si des comités stratégiques et/ou opérationnels sont constitués et si ce(s) dernier(s) est(sont) impliqué(s) durant toute la démarche.

Données et technologies 

En premier lieu, la composante gestion des données identifie la stratégie mise en place pour structurer les diverses sources de données. Ensuite, avec l’ouverture des données, comme son nom l’indique, on étudie si le territoire ouvre ses données. La composante interopérabilité, pour sa part, aide à évaluer si le territoire essaye d’ouvrir les solutions présentes sur son territoire. Et finalement, le modèle, s’intéresse, dans ce domaine, aux mesures établies sur le territoire pour assurer la cybersécurité de ses systèmes et réseaux informatiques.

Innovation

Dans le cadre du SCMM, on considère qu’une solution ou un processus est « innovant » dès lors qu’il n’existe pas encore tel quel sur le territoire concerné. Quatre types d’innovation sont considérés et constituent les composantes de ce domaine. Tout d’abord, on s’intéresse à l’innovation technologique qui se concentre sur la création ou l’utilisation de nouvelles technologies sur un territoire. Par la suite, l’innovation organisationnelle observe les changements dans les opérations quotidiennes d’un territoire. Dans le cadre de l’innovation collaborative, on regarde si des structures de gouvernance ouvertes et proactives ont été mises en place. Quant à l’innovation conceptuelle, elle identifie si des nouveaux concepts/cadres de référence/paradigmes qui aident à recadrer des problèmes sociétaux sont introduits dans la démarche de transition durable et intelligente du territoire.

Durabilité et résilience

Dans ce domaine, les trois axes du développement durable – pierre angulaire de la Smart City - sont étudiés : (1) l’économie identifie les actions mises en place pour promouvoir la prospérité, (2) la société, étudie les différents éléments mis en place pour mettre en avant le bien-être social et (3) l’environnement se concentre sur les actions entreprises pour agir sur l’empreinte écologique de la démarche. En parallèle à ces trois composantes, le modèle propose de revenir également sur la résilience qui se concentre sur les réponses systémiques aux perturbations extrêmes d’un territoire.

Comment utiliser le modèle ?

Le Smart City Maturity Model n’a pas pour vocation de représenter un jugement de valeur quant à l’état d’avancement de la démarche de transition durable et intelligente d’un territoire mais plutôt, dans une logique d’amélioration continue, de fournir des pistes de réflexion afin de faire évoluer celle-ci.

Par ailleurs, les sept domaines et l’ordre dans lequel ils sont présentés ne présument pas de leur importance respective étant donné que chaque territoire est doté de ses spécificités, les priorités sont donc susceptibles de varier d’une démarche à une autre. Dans le même ordre d’idée, avoir un niveau de maturité élevé pour toutes les composantes ne doit pas être un objectif, puisque l’objectif est de souligner le potentiel d’évolution de la démarche Smart City sur base des caractéristiques qui sont propres au territoire.

D’un point de vue très pratique, le SCMM est constitué de deux documents :

  • le premier se compose de sept tableaux récapitulatifs – un pour chaque domaine abordé - reprenant les critères de maturité définis sur trois ou cinq niveaux
  • le second est une note explicative qui contextualise les critères en question.

Afin de tirer le meilleur parti de ce modèle de maturité, il est recommandé, avant de procéder à l’analyse et de compléter les tableaux, de lire attentivement la note explicative.

Le SCMM, en bref

En conclusion, le SCMM est un modèle qui peut être utilisé par tout territoire souhaitant évaluer l’état d’avancement de sa démarche Smart City, et ce non pas dans le but d’établir un diagnostic, mais bien d’étudier le potentiel d’évolution de la transition entreprise.

Chaque territoire pourra donc s’approprier ce modèle selon ses spécificités en fixant ses priorités entre les sept domaines, en choisissant l’ordre dans lequel il souhaite les analyser et en ayant également à l’esprit que l’objectif n’est pas, forcément, d’atteindre le niveau maximum pour chaque composante.

Enfin, une lecture attentive de la note explicative accompagnant le modèle permettra d’en cerner toutes les nuances et particularités afin d’identifier, au mieux, les niveaux les plus représentatifs de la démarche de transition en cours sur le territoire étudié.

 

Télécharger le SCMM

 


En savoir plus sur le Smart Project Management Model

Découvrir les outils du Smart City Institute


Avec le soutien de la Wallonie dans le cadre du programme Smart Région de la stratégie Digital Wallonia

   


Partagez cette news